top of page
  • KDM ASSOCIES SAP

Soulager la sciatique au quotidien


La sciatique se caractérise par une douleur du membre inférieur situé sur le trajet du nerf sciatique.

Cette douleur s'étend en général du bas du dos jusqu'au pied.

Bien connaître l’origine de la sciatalgie et la prévenir au quotidien permet de réduire les crises.

Quelles sont les possibilités de gérer les récidives d’une sciatique ?


Soulager la sciatique au quotidien

Reconnaître les symptômes de la sciatique

La sciatique se manifeste souvent par une douleur semblable à une décharge électrique, voire un fourmillement ou un engourdissement.


Le trajet douloureux de la sciatalgie peut se situer :

● dans le bas du dos

● au niveau de la fesse

● la face postérieure de la cuisse

● au niveau de la jambe en avant ou en arrière au niveau du mollet (crampe au mollet possible)

● sous la plante du pied et le petit orteil ou sur le dos du pied jusqu’au gros orteil.


Les chutes à l’origine possible d’une sciatique ?

Faire une chute engendre parfois une blessure, une fracture ou une douleur qui peut être liée à une atteinte du nerf sciatique.

Le syndrome du piriforme est une source fréquente de sciatique lors d’une chute du côté postérieur du corps.

Ce syndrome correspond à une compression ou à une irritation du nerf sciatique par le muscle piriforme (ou muscle pyramidal du bassin) situé au niveau de la hanche, à proximité des muscles fessiers.

Plusieurs autres causes peuvent déclencher une sciatique. La plus courante est la compression du nerf sciatique par une hernie discale (dans 85 % des cas), essentiellement au niveau des racines nerveuses (L4, L5 et S1, S2, S3). De même, une sollicitation exagérée des muscles du bas du dos est aussi une cause fréquente de sciatique.


Appliquer des recommandations simples

Une personne qui souffre de douleurs sciatiques peut parvenir à remédier au problème en adoptant de bonnes habitudes élémentaires.

La première consiste à se reposer le plus possible afin de ne pas appuyer en permanence sur la zone douloureuse. Il est important de comprendre que si cette partie du corps est moins sollicitée, les muscles qui sont autour et la tension nerveuse vont diminuer progressivement. La douleur va donc nécessairement s’alléger, d’où la recommandation de repos dès le signal d’inflammation.

En cas de douleurs prononcées, il est possible de procéder à une décontraction de la zone en appliquant des glaçons puis en appliquant directement après une source chaude, ce qui permet de détendre les muscles et de relâcher la pression ressentie par le nerf sciatique.

Des étirements réguliers ou le port d’une ceinture lombaire peuvent soulager complètement le dos.

En complément, la pratique de la relaxation permet de détendre les membres un à un et donc d’avoir un effet sur cette zone. En permettant aux muscles et aux nerfs de se détendre par la concentration, la visualisation et avec une respiration associée, la zone douloureuse du nerf sciatique sera nettement moins active.


La kinésithérapie pour cibler les bons gestes

Une fois la phase aiguë de la douleur sciatique passée, l’intervention d’un kinésithérapeute est idéale pour agir sur les causes : renforcer les muscles de soutien du dos, les abdominaux et assouplir les muscles raides au niveau du bassin. Le kiné montre aussi les bons gestes pour réaliser les tâches du quotidien sans forcer sur un éventuel problème rachidien à l’origine de douleurs lombaires. Par ailleurs, la rééducation fonctionnelle auprès d’un kinésithérapeute aide à éviter les risques de récidives. Lorsqu’un problème postural est évoqué, la rééducation posturale est la plus indiquée, notamment par la méthode Mézières* >> https://methode-mezieres.fr/kinesitherapeutes-methode-mezieres/


*La méthode Mézières / Physiothérapie Globale des Chaînes Myofasciales est une méthode de kinésithérapie qui permet dans une approche biopsychosociale, d’évaluer, d’identifier et de traiter les troubles musculosquelettiques de façon globale pour chaque patient individuellement.


Des postures de yoga bien ciblées

De manière préventive, le yoga peut se pratiquer trois à cinq fois par semaine après la crise car le mouvement aide à récupérer de l’élasticité. Il est alors possible de pratiquer deux à trois postures douces tout en étant à l'écoute de son ressenti et de ses limites. Notez bien qu’il est vivement conseillé de faire appel à un professeur dûment certifié pour ce type d’exercice à visée thérapeutique.


Des postures de yoga bien ciblées

Retenons que pour éviter de souffrir d’une sciatique, il est important au quotidien d’éliminer les gestes et postures traumatisantes, surtout après 45 ans.

Si des actes kinésithérapeutiques peuvent soulager, une rééducation avec une activité douce et préventive pour renforcer les muscles du dos et acquérir de la mobilité sont à intégrer dans les habitudes et ce, sans attendre de souffrir de sciatique.


Nos équipes chez Kdm, sont à votre écoute pour une prise en charge visant une amélioration du quotidien.


 


Vous recherchez une auxiliaire de vie sociale ?

KDM ASSOCIÉS SAP est à votre écoute pour étudier vos besoins !


Contactez-nous au 01 85 74 20 77

ou par mail à l'adresse suivante : kdmetassocie.sap31@gmail.com

ou via notre formulaire de contact



 

Cet article vous a plu ?

N'hésitez pas à le partager sur vos pages de réseaux sociaux, vos amis et contacts.

8 vues0 commentaire
bottom of page