• KDM ASSOCIES SAP

La maladie de Lyme : pourquoi s’en inquiéter ?


Transmise par une certaine catégorie de tiques, la maladie de Lyme, également appelée Borréliose, est une infection liée à une bactérie qui peut devenir chronique.

Évolutive dans le temps, et pas toujours évidente à diagnostiquer, cette maladie induit certains symptômes conduisant lentement vers l’invalidité.

La maladie de Lyme : pourquoi s’en inquiéter ?


Les signes de la maladie de Lyme


- Premier stade : l’érythème migrant

Dans les 3 à 30 jours après la piqûre de tique, la maladie de Lyme peut apparaître d’abord sous la forme d’une plaque rouge qui s’étend en cercle à partir de la zone de piqûre. La plaque peut dépasser les 5 cm de diamètre. Cette plaque ne provoque pas de prurit et en général, la personne n'a pas de fièvre.

L'érythème migrant disparaît rapidement en 1 à 4 semaines avec des antibiotiques ciblés.


- Deuxième stade : l’érythème migrant à localisation multiple

Il apparaît à distance de la zone de piqûre de tique dans les jours ou semaines qui suivent. Des symptômes grippaux (fièvre, maux de tête, fatigue, douleurs musculaires et articulaires) peuvent être associés.

D’autres manifestations peuvent suivre dans les six mois de la contamination :

Articulaires : arthrites, maladies inflammatoires

Cardiaques : arythmie

Cutanées : lésions nodulaires ou en plaques appelées lymphocytome borrélien

Neurologiques : paralysie faciale périphérique, méningite

Ophtalmologiques : uvéite…


- Troisième stade : la forme disséminée et tardive

La maladie de Lyme peut apparaître plus d'un an, voire de nombreuses années, après la morsure de tique. En l’absence de traitement, elle peut se traduire par de nombreuses manifestations neurologiques, cutanées et rhumatologiques variées et trompeuses qui rendent le diagnostic difficile.


Au-delà de douze mois après la piqûre de tique, les symptômes de la maladie de lyme finissent par prendre énormément de place dans la vie de la personne infectée.


On parle alors de « maladie de Lyme chronique » : c’est le stade 3 de la maladie de Lyme où il est rapporté d’autres symptômes en plus de ceux du stade 2. Ceux déjà présents en stade 2 vont s’amplifier et s’aggraver selon les individus atteints.

La rougeur continue de s’étendre. La peau va se fragiliser car la couche de l’épiderme va s’amincir et la peau se colorer d’une teinte proche du noir.

Les douleurs sont plus diffuses avec des raideurs dans les muscles et les tendons. Ces problèmes neuromusculaires peuvent conduire au handicap : on constate en effet dans les cas extrêmes, des difficultés pour se déplacer, l’apparition de crampes, de douleurs lancinantes dans les muscles et les articulations.

Le cerveau peut lui aussi être atteint : apparition de troubles de la vue, de l’orientation, de la gravité et de la concentration. Dans certains cas typiques, on constate également des pertes de mémoire, un état proche de la dépression, avec développement d’une certaine agressivité.

Le cœur : les battements peuvent paraître irréguliers, comme lors du stade 2. Le cœur reste toutefois sain, mais il s’emballe tout en provoquant des tachycardies, des extrasystoles et des troubles du rythme cardiaque.

Les voies respiratoires : on note la sensation de manque d’air, d’étouffement ou d’oppression, mais également celle de souffle court et d’une toux chronique.

Les intestins et la vessie : infections urinaires isolées ou à répétition, douleurs intestinales, diarrhées…

D’autres symptômes sont présents : pieds gonflés, picotements, engourdissement ou tremblement d’un ou plusieurs membres…


Dans le cas où la maladie aurait été diagnostiquée par tests sérologiques ou par chance par symptômes cliniques, le médecin pourra alors administrer à son patient le même traitement qu’en stade 2.


Le traitement sera aussi fort mais devra être pris sur une plus longue durée. Au fil des ans, les antibiotiques finiront par stopper la progression de la maladie de Lyme. Grâce à ce traitement, les patients dans certains cas récupèrent petit à petit leurs fonctions, leur motricité et leur mémoire…



La maladie de Lyme

De l’aide pour gérer le quotidien

Au stade 3 de la maladie de Lyme et parallèlement au traitement médical et à l’intervention éventuelle du kinésithérapeute, l’aide à domicile va apporter un répit, un soutien physique et émotionnel qui vont contribuer au bien-être de la personne atteinte de la maladie de Lyme.

Ces aides peuvent être :

  • Aide au lever et au coucher

  • Aide à la toilette

  • Aide à l'habillage et au déshabillage

  • Courses de proximité

  • Aide à la mobilité et aux déplacements

  • Sorties

  • Préparation des repas

  • Stimulation intellectuelle

  • Activités diverses


La maladie de Lyme n'est malheureusement pas reconnue comme invalidante auprès de la MDPH (Maison départementale des personnes handicapées).

En revanche, ces aides peuvent faire l’objet d’un devis gratuit personnalisé.

Chez KDM associés, nous évaluons au cas par cas les besoins suivant le stade de la Borréliose.

 


Vous recherchez une auxiliaire de vie sociale ?

KDM ASSOCIÉS SAP est à votre écoute pour étudier vos besoins !


Contactez-nous au 01 85 74 20 77

ou par mail à l'adresse suivante : kdmetassocie.sap31@gmail.com

ou via notre formulaire de contact



 

Cet article vous a plu ?

N'hésitez pas à le partager sur vos pages de réseaux sociaux, vos amis et contacts.

17 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout